Abonnez-vous à notre infolettre

Merci de votre abonnement

Something went wrong.

Visit Us On Facebook

Initiation au loisir de la photographie à la bibliothèque Sainte-Famille et Saint-François le 12 février

0

Arthur Plumpton

Le dimanche 12 février à 10 h, la bibliothèque Sainte-Famille et Saint-François présente une conférence de M. Arthur Plumpton, ingénieur en recherche, galeriste saisonnier, photographe à son compte et résidant de l’île. M. Plumpton parlera de la magie de l’image, du loisir captivant qu’est la photographie et de l’approche photographique, ses aspects artisanaux et ses possibilités artistiques. Il abordera quelques méthodes de réalisation de belles photographies soulignant comment le photographe peut communiquer une vue du monde qui lui est propre.

La photographie à la portée de tous

La photographie est à la portée de tous, mais les résultats sont-ils au rendez-vous ? Au début de l’âge du film, vers la fin du 19e siècle, une phrase convaincante de Kodak s’est inscrite dans l’esprit des utilisateurs : « Vous n’avez qu’à pousser le bouton et nous ferons la reste. » Aujourd’hui, on a tendance à dire que la photographie moderne et numérique s’est simplifiée par la haute technologie et qu’elle s’est refaite un rendez-vous avec l’automatisation. Cependant, pour un photographe amateur engagé, l’automatisation ne représente qu’une petite partie de l’histoire.

Photographie et créativité

« Le loisir de la photographie est basé sur plusieurs petits actes de création. Le premier est lié à l’originalité du photographe et sa capacité à percevoir, comprendre et interpréter librement ce qu’il voit autour de lui. Dans un sens, il campe ses sujets avec sa curiosité et les voit tels qu’ils paraîtront une fois photographiés, en tant qu’images en deux dimensions. Il poursuit cette chasse initiale de perception d’une image en considérant les effets de la lumière et de l’environnement qui cadrent son sujet et la composition visuelle des divers éléments et en s’interrogeant sur la manière de procéder pour créer l’image finale. Ensuite, une fois l’obturateur de sa caméra déclenché, il peut choisir de faire réaliser le tirage par d’autres, comme le disait la devise de Kodak, ou il peut procéder lui-même, en tant qu’artisan, au traitement ou aux modifications de l’image sur un ordinateur ou encore en chambre noire. Son esprit est captivé par ce loisir de la photographie et par les maintes possibilités dont il dispose pour créer une image qui provient en partie de son propre esprit et en partie de la réalité qui l’entoure. »

Arthur Plumpton

[nggallery id=63]


Partager.

A propos de l'auteur

Laissez une réponse