Animation de dix Filles du Roy de 1663 samedi à la Maison de nos Aïeux

0

Samedi prochain le 27 juillet à 13H à la Maison de nos Aïeux et Parc des Ancêtres de Sainte-Famille, aura lieu un hommage à nos Aïeux, hommes et femmes qui ont développé l’île d’Orléans dès le 17ème siècle et une Animation par les dix Filles du Roy de 1663.

Inauguration de plaques commémoratives

Inaugurées il y a maintenant 12 ans, le Parc des Ancêtres contient en son centre le mémorial des familles souches réalisé par Guy Bel, ferronnier d’art à l’île d’Orléans. Un coup de jeune sera donné au monument grâce au remplacement des plaques commémoratives qui l’entourent par de nouvelles plaques contenant non seulement les noms des quelque 300 ancêtres qui se sont installés à l’île d’Orléans des débuts de la colonie jusqu’en 1750, mais également le nom des femmes qui ont joué un rôle tout aussi important, trop souvent laissé dans l’ombre.

La société d’histoire des Filles du Roy (SHFR)

L’inauguration de ces plaques sera célébrée grâce à une animation organisée par la SHFR. Interprétées par leur descendante, les dix Filles du Roy de 1663 seront présentes dans le parc pour vous faire part de leur histoire. En effet, un premier contingent de 36 femmes arrive en Nouvelle-France en 1663. Sur ces dernières, dix femmes s’installent à l’île d’Orléans et sont notamment à l’origine de nombreux Allaire, Bareau, Blanquet, Émond, Gaulin, Gauthier, Gobelin, Meneux, Rabouin, Royer et Tourneroche aujourd’hui.

La réalisation de ces nouvelles plaques commémoratives s’est fait en partenariat avec l’Entente de développement culturel de la MRC de l’île d’Orléans.

La SHFR a été fondée en 2010 à la suite du colloque sur les Filles du Roy qui s’est tenu à Québec à l’occasion du 400è anniversaire de Québec en 2008. La SHFR ne poursuit qu’un but: sortir ces femmes de l’ombre et développer notre fierté d’être les descendantes et les descendants de ces «Mères de la Nation Québécoise»

 


Partager.

A propos de l'auteur

Pierre Shaienks

Retraité du monde de l’assurance et bénévole au Camp Saint-François de l’île d’Orléans durant plus de 20 ans, Pierre est impliqué au journal depuis de nombreuses années.

Laissez une réponse