Abonnez-vous à notre infolettre

Merci de votre abonnement

Something went wrong.

Visit Us On Facebook

Marie-Nicole Lemieux a bien amorcé la 30ème saison de Musique de Chambre

0

 

CRÉDIT PHOTO: DENIS ROUVRE

CRÉDIT PHOTO: DENIS ROUVRE

 

Marie-Nicole Lemieux au concert d’ouverture de la 30e saison de Musique de chambre à Sainte-Pétronille

On aura (presque) tout dit d’elle. Qu’elle brule les planches, qu’elle fascine autant par sa voix au timbre si indéfinissable que par sa générosité un peu gouailleuse… par son jeu théâtral qui est à lui seul un spectacle. On parle de sa voix ronde, chaude et superbe, d’une délicatesse et d’une sensualité réjouissante, de sa technique vocale éblouissante. On la dira même hallucinante! Et suite à un Concert Rossini avec I Musici de Montréal, qu’elle est la meilleure du monde dans cette discipline rossinienne qui s’apparente au trapèze de haut vol.

La critique a tartiné avec tant d’insistance qu’il serait normal de la considérer comme suspecte. Mais lors de ce premier concert de la saison, il a bien fallu se rendre à l’évidence: la contralto Marie-Nicole Lemieux mérite sans conteste cette avalanche d’éloges. Avec son accompagnateur, le pianiste Daniel Blumenthal, Mme Lemieux nous a permis de (re)découvrir «l’univers poétique et raffiné de la mélodie française avec des œuvres de Gabriel Fauré, Henri Duparc, Charles Koechlin, Maurice Ravel et […] Guillaume Lekeu»; et par la même occasion, nous a fourni une illustration forte de l’expression «vivre la musique». Dans Asie de Ravel par exemple, on a pu la voir réagir physiquement aux notes du piano, ce qui nous a fait comprendre le commentaire qu’elle avait récemment formulé dans une entrevue au Devoir concernant sa première à la Scala de Milan: « Quand je suis arrivée à la première, j’ai chanté jusqu’aux orteils ; je me suis payé la traite ! ». C’est exactement ce qu’elle a fait dans le concert du 27 juin et son ‘rhume carabiné’, qu’elle avait annoncé au début du concert, serait passé inaperçu si ce n’avait été les légères quintes de toux entre chacune des pièces. Cette situation l’a d’ailleurs amenée, pour ménager sa voix, à utiliser un langage non verbal qui, allié à ses fous rires coutumiers, l’a rendu franchement rigolote, au grand plaisir des auditeurs.

Quant au programme, une merveille pour ceux et celles qui non seulement ont apprécié cette voix unique, la théâtralité de l’interprétation et l’exceptionnelle intimité des deux artistes dans leur jeu, mais se sont délectés des beaux textes poétiques des Verlaine, Prudhomme, Klingsor, Gauthier et Baudelaire que les compositeurs ont mis en musique.

« Fondons nos âmes, nos coeurs 


Et nos sens extasiés, 


Parmi les vagues langueurs 


Des pins et des arbousiers. »

Verlaine, En sourdine (1891), mis en musique par Gabriel Fauré.

 

« Et ce jour-là les grands vaisseaux,

Fuyant le port qui diminue,

Sentent leur masse retenue

Par l’âme des lointains berceaux. »

Sully Prudhomme, Le long du quai les grands vaisseaux (1865), mis en musique par Gabriel Fauré (Les berceaux).

 

« Un air tour à tour langoureux ou frivole

Que mon amoureux chéri joue,

Et quand je m’approche de la croisée

Il me semble que chaque note s’envole

De la flûte vers ma joue

Comme un mystérieux baiser.»

– Tristan Klingsor, La flute enchantée, mise en musique par Maurice Ravel.

 

LE TRIO FRONTENAC AU PROGRAMME LE 4 JUILLET

CRÉDIT PHOTO: BLAIR LOFGREN

CRÉDIT PHOTO: BLAIR LOFGREN

Lors de la soirée Hydro-Québec, c’est le Trio Frontenac qui sera au programme. Ce trio réunit depuis 2004 trois grands concertistes de Québec: la pianiste, Suzanne Beaubien-Lowe, le violoniste solo de l’OSQ, Darren Lowe, et le violoncelliste solo de l’OSQ, Blair Lofgren. Tous trois professeurs au Conservatoire de musique de Québec, ils partagent une même passion pour le grand répertoire de musique de chambre tant classique, romantique que contemporain, et leurs interprétations de haut calibre leur valent les plus grands éloges à travers le Canada.

Ils présenteront des œuvres de Dmitri Chostakovitch, Maurice Ravel et Ernest Chausson, des trios incontournables de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, à la fois virtuoses et intenses.

 

                                                          Réseau Billetech : 418-643-8131 (frais de service applicables)

Auberge La Goéliche: 418-828-2248

Pharmacie Pierre Perrault: 418-828-2215

À l’entrée de l’Église les soirs de concert dès 20h

Une description détaillée du programme des concerts à venir apparait désormais sur le nouveau (et très chic!) site de Musique de chambre à Sainte-Pétronille, à l’adresse http://www.musiquedechambre.ca/.

 

 

 

 


Partager.

A propos de l'auteur

Normand Gagnon

Laissez une réponse