Abonnez-vous à notre infolettre

Merci de votre abonnement

Something went wrong.

Visit Us On Facebook

Un nouveau joueur dans le paysage politique de l’île

0

Le 29 mai dernier, une quarantaine de citoyen(ne)s provenant des six villages de l’île se sont réunis à l’Espace Félix-Leclerc pour jeter les bases d’un mouvement politique municipal qu’ils nomment Mouvement 2013, une île, une vision qui fera la promotion de la fusion des six municipalités de l’île. À un peu plus de trois mois des élections municipales, le paysage électoral de novembre commence donc à se préciser. Cette fois-ci, les citoyens choisiront les candidats au mérite, bien sûr, mais aussi en fonction de modèles de gestion du territoire.

Dans un premier temps, les instigateurs de ce mouvement l’ont qualifié de démarche de changement en regard du type de gouvernance, de tremplin à la création éventuelle d’un parti politique dont l’objectif principal serait le regroupement des six municipalités actuelles en une seule. Dans le cadre de la Loi électorale en vigueur, il est impossible de former un parti politique municipal dans une municipalité de moins de 5 000 habitants, d’où le nom de Mouvement plutôt que Parti.

Selon ses promoteurs, cette nouvelle formation se veut aussi «porteuse de valeurs spécifiques, dont la transparence, une éthique irréprochable et un engagement envers le développement durable (sic)». Un document faisant état de la plateforme électorale du mouvement en vue du scrutin de novembre prochain a été présenté aux participants. Elle est axée sur quatre grands thèmes: une île, un territoire, une municipalité; une approche communautaire inclusive au profit de l’ensemble; l’affirmation de grands axes de développement: agriculture et industrie agroalimentaire, patrimoine, tourisme champêtre et patrimonial et développement durable; la préservation de la personnalité des villages et la conservation de leurs caractères distinctifs. En séance plénière, les participants ont discuté durant plus d’une heure des mérites de ce document, fait des commentaires et proposé des ajouts et des changements. Mais en fin de compte, le libellé original a semblé satisfaire tout le monde; il a été convenu de raffiner le discours politique et les arguments à présenter à la population afin de faire la démonstration que la fusion des municipalités profiterait au développement (y compris économique) commun. Un projet de règlements généraux a été approuvé et un conseil exécutif de sept membres a été élu.

Quelques exemples d’éléments concrets de la plateforme électorale ont été donnés et quelques enjeux importants ont été identifiés. Par exemple, il y est dit que la formulation d’une personnalité propre à chaque village se fera en consultation avec les citoyens, que l’on privilégiera, si techniquement possible, la réfection, l’élargissement et la modernisation du pont plutôt que sa démolition, le classement prioritaire de certains paysages de l’île, l’accroissement de la participation au Programme d’aide à la restauration des biens patrimoniaux à l’île et son élargissement aux constructions agricoles patrimoniales (sic).

L’échéance de novembre arrivant à grands pas, l’assemblée a entériné la mise en place d’une organisation électorale à la grandeur de l’île qui tentera de recruter des membres et de constituer une équipe de candidats à tous les postes de maires et de conseillers dans les six municipalités de l’île. Ceux et celles qui se présenteront sous la bannière de ce mouvement devront s’engager, entre autres, à respecter la plateforme électorale (et éventuellement le programme) et les priorités du mouvement et à les mettre en valeur.

Hélène Bayard

 

 


Partager.

A propos de l'auteur

Pierre Shaienks

Retraité du monde de l’assurance et bénévole au Camp Saint-François de l’île d’Orléans durant plus de 20 ans, Pierre est impliqué au journal depuis de nombreuses années.

Laissez une réponse