Abonnez-vous à notre infolettre

Merci de votre abonnement

Something went wrong.

Visit Us On Facebook

Faune sur l’île – Y a-t-il de l’ours noir sur l’île?

7
© Claude Plante

© Claude Plante

Depuis quelques années, on entendait dire que des gens avaient vu un ours noir. Personne ne le croyait, moi le premier!

L’automne passé, j’ai pris une photo sur mon site de chasse qui me confirmait qu’un ours avait bel et bien traversé le fleuve pour se retrouver ici. D’ailleurs, plusieurs personnes de l’île m’avaient fait part de leur peur de le rencontrer au bois en faisant leur marche. En principe, une telle rencontre comporte peu de dangers pour l’être humain, car les ours sont très discrets et s’enfuient rapidement en présence des hommes. Mais pour le randonneur, la perspective de faire face à un ours lors de ses sorties n’est pas réconfortante.

En tant que trappeur, je me suis donc fait un devoir de le capturer.

J’ai étendu un piège au début juin et par un beau lundi matin ensoleillé, cela brassait fort sur mon site de trappe. Plus je m’approchais, plus ça brassait. Une belle ourse noire, pas contente du tout de s’être fait prendre, piaffait de rage.

Eh bien oui! Le premier ours noir capturé sur l’île, le 9 juin 2014, à Saint-François! Pour le reste de la saison, j’ai laissé un piège, mais il n’y a eu aucune autre visite.

En tant que piégeur, on a un rôle important à jouer dans la gestion des animaux à fourrure sur un territoire comme l’île. Plusieurs espèces, notamment le raton-laveur, le rat musqué, l’écureuil et la mouffette s’avèrent fort dommageables pour les récoltes et l’environnement lorsqu’il y a surpopulation. Les cultivateurs font appel à nous pour tenir ces populations à un niveau acceptable.

Petit conseil aux randonneurs avec leurs animaux de compagnie

Il est très important quand vous allez dans le bois avec vos animaux de compagnie de toujours les avoir en laisse pour assurer leur sécurité. À partir de la mi-octobre, il y a plusieurs piégeurs et chasseurs sur l’île, et ce, jusqu’au mois de janvier environ, avec des permissions des propriétaires pour piéger sur leur terre. Il serait regrettable de retrouver un de vos animaux de compagnie dans un piège qui est légalement installé.

Pour plus d’information sur la cohabitation harmonieuse entre gestionnaires de la faune, randonneurs et animaux de compagnie, consultez le site québécois de la Fédération des piégeurs gestionnaires du Québec, www.ftgq.qc.ca.

Ceux et celles qui ont des problèmes de faune nuisible sur leurs terres ou terrains, quelle que soit l’espèce, peuvent me contacter.

Claude Plante, trappeur


Partager.

A propos de l'auteur

Sylvain Delisle

Concepteur et administrateur du site web depuis sa création, Sylvain est devenu rédacteur en chef en juillet 2014

7 commentaires

  1. Christine Lachance sur

    Bonjour

    Qu’est devenue l’ourse que vous avez piégée ? A t elle été retournée dans la forêt par des agents de la faune. ?

    Ce serait vraiment dommage si elle avait été tuée. C.Lachance

  2. Bien oui, svp nous dire ce qu’il est advenu de l’ourse. Et ça me désole de savoir qu’on élimine tous les petits animaux mentionnés dans l’article… pour conserver un niveau ‘acceptable’…

  3. Sylvain Delisle
    Sylvain Delisle sur

    Bonjour,

    Suite a sa capture, l’ourse fut tuée. À noter, que M Plante est un trappeur professionnel et qu’il utilise des techniques de trappe modernes visant à ne pas faire souffrir les animaux piégés.

    Maintenir un équilibre de cohabitation entre la faune et l’activité humaine sur l’île n’est pas chose simple. Cette complexité s’illustre bien par la diversité des commentaires reçus suite à la parution de ce texte. À titre d’exemple, certains ont déploré la pratique de la trappe sous toutes ses formes. D’autres lecteurs ont par contre soulevé la problématique grandissante selon eux de la présence de coyotes sur l’île. Ce sujet, devrait d’ailleurs l’objet d’un article prochainement.

    Merci de vos commentaires, ils sont toujours les bienvenus.

  4. Mais il est très dommage de tuer ces animaux sur le simple fait qu’ils vivent dans leur lieux d’origine. Nous devrions plutôt préconiser des méthodes préventives et éthiques pour ne pas a avoir a tuer quotidiennement des animaux qui ne peuvent prendre de la croissance sur une Iles par exemple. Les laisser venir au monde pour les tuer n’est pas éthique. Prenons notre responsabilité.Comme être responsables essayons d’arrêter de tuer inutilement ses animaux en évitant les naissances par exemple. Les tuer ne règle pas le problème a long terme.

Laissez une réponse