Abonnez-vous à notre infolettre

Merci de votre abonnement

Something went wrong.

Visit Us On Facebook

La fin du CLD?

1

Avec la présentation, mercredi le 5 novembre, d’un pacte fiscal transitoire, le premier ministre Philippe Couillard confirme plusieurs coupes budgétaires déjà annoncées. Ce nouveau pacte sonne le glas pour les Conférences régionales des élus (CRÉ) et remet le sort des Centres locaux de développement (CLD) entre les mains des MRC.

Les discussions de corridor étaient nombreuses depuis quelques semaines. Le sujet sur toutes les lèvres: les coupes gouvernementales dans les structures organisationnelles. Cette fois-ci il n’y avait pas de vache sacrée, pas de tabou ou d’intouchable. Personne ne se sentait à l’abri. Une à une, les structures passent dans la mire des libéraux: santé, éducation et finances municipales, on coupe, on abolit et on réforme.

La fin des CRÉ et des CLD

Dès la fin octobre, Pierre Moreau, ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, annonça son plan de match pour le monde municipal. Les CRÉ et les CLD seront abolis. Dans le cas des CLD, un certain sursis leur sera par la suite offert. Comme le mentionne l’Association des CLD du Québec (ACLDQ): «La nouvelle gouvernance instaurée par Québec donnera le choix aux MRC de déléguer ou non aux CLD, ou à une autre organisation, l’exécution de leurs compétences en matière de développement économique local et de soutien à l’entrepreneuriat.»

Le CLD de Québec

Le maire de Québec a déjà fait connaître sa position: «J’avais informé plusieurs ministres que le CLD, à Québec, je n’en voulais plus […] Ça ne fonctionne pas, c’est beaucoup de monde, ça coûte énormément cher en administration avec 45 personnes. Pour les sommes qu’ils ont à gérer, ça n’a aucun bon sens.» À moins d’un revirement de situation, le CLD de Québec devrait donc fermer ses portes le 31 décembre  2014.

Situation différente chez nos voisins de la Côte

Les élus de la Côte-de-Beaupré ont pris la direction opposée de Québec. Lors de la séance de la MRC du 5 novembre, ceux-ci ont adopté unanimement une motion signifiant leur intention de déléguer le développement économique de la région au CLD de la Côte-de-Beaupré.

Et le CLD de l’île d’Orléans?

Au moment d’écrire ces lignes, le sort du CLD de L’île d’Orléans demeure incertain. Même si des discussions sont en cours, aucune décision n’a encore été rendue publique. Un complément d’information sera publié sur le site web du journal, lorsqu’il y aura des développements à ce sujet.


Partager.

A propos de l'auteur

Sylvain Delisle

Concepteur et administrateur du site web depuis sa création, Sylvain est devenu rédacteur en chef en juillet 2014

Un commentaire

  1. Arthur Plumpton sur

    Le public, le plus concerné, semble toujours oublié dans ces changements. Est-il trop à demander à notre gouvernement le soin de fournir des arguments forts et des statistiques convaincants lorsqu’on décide de faire des compressions dans un secteur donné. Il y a sans doute de l’inefficacité dans certains secteurs, y compris les agences de développement culturel et économique, comme ailleurs dans le gouvernement. Toutefois, en reconnaissant le besoin de minimiser les dépenses lorsque les temps sont durs, on peut « se tirer dans le pied » si les actions d’austérité ne tiennent pas compte du besoin d’élargir la base économique et industrielle de notre province. Est-il trop à demander des justifications, globales et spécifiques, pour ces actions?

Laissez une réponse