Le curé de l’île au presbytère de Saint-Pierre

0
© NICOLE BÉDARD - Ignace Somé, curé de l’île d’Orléans.

© NICOLE BÉDARD – Ignace Somé, curé de l’île d’Orléans.

 

Ignace Somé, curé des deux paroisses de l’île d’Orléans, loge maintenant dans le presbytère de Saint-Pierre. Il a quitté celui de Saint-Laurent en octobre dernier pour avoir accès à des locaux plus fonctionnels permettant la tenue de diverses rencontres liées à la pastorale. Il tenait aussi à se rapprocher des autres paroisses de l’autre côté du pont avec qui il est appelé à collaborer de plus en plus dans le cadre des réaménagements pastoraux qui pourraient faire en sorte, entre autres, qu’une seule paroisse soit créée sur l’île d’Orléans.

Il nous assure que ce mouvement de sa part ne modifiera pas le temps qu’il continuera d’accorder à tous ses paroissiens du tour de l’île. Pour le moment, la population de la Sainte-Trinité d’Orléans a toujours accès au secrétariat du presbytère de Saint-Laurent où il est possible de venir le rencontrer. Quant à la question de l’utilisation de cette maison patrimoniale, à l’avenir, ce sont les marguilliers qui en ont la responsabilité qui informeront la population des développements futurs. Pour le moment, aucun projet n’est sur la table.

Il tient à souligner que la mission qui lui est confiée et qui demeure des plus importantes pour lui, c’est de vivre chrétiennement avec tous ses paroissiens, dans l’unité et la communion, pour «former un seul Corps, un seul Esprit», comme il est mentionné dans une prière de la messe. Il souhaite de plus en plus que les familles puissent s’enraciner dans cette foi en Jésus et qu’elles aient le goût de se rassembler en son nom et de se mettre à l’écoute de la Parole de Dieu. Avec conviction, il ajoute: «Malgré nos difficultés, sachant qu’on peut toujours faire mieux pour être agréables à Jésus et aux autres, confiance, n’ayons pas peur! Il faut tout faire pour vivre selon l’amour du Christ.»

Dans ses premiers jours de résidence à Saint-Pierre, il a commencé à rencontrer son voisinage. Nous interrompons notre conversation, car quelqu’un sonne à la porte: il reçoit cette personne. C’est dans son quotidien que les célébrations, réunions, visites et rencontres de paroissiens viennent dire son attachement à ceux pour qui il annonce l’Évangile et prie.


Partager.

A propos de l'auteur

Nicole Bédard

Laissez une réponse