Abonnez-vous à notre infolettre

Merci de votre abonnement

Something went wrong.

Visit Us On Facebook

Claude Giroux, commissaire scolaire

0
© DAVID BÉGIN - Claude Giroux, commissaire à la Commission scolaire des Premières-Seigneuries.

© DAVID BÉGIN – Claude Giroux, commissaire à la Commission scolaire des Premières-Seigneuries.

Claude Giroux a été élu commissaire à la Commission scolaire des Premières-Seigneuries le 2 novembre 2014. Il représente la clientèle scolaire de huit écoles sur les territoires de Boischatel, Courville et l’île d’Orléans. À ce titre, il est également vice-président du conseil exécutif.

Sous la présidence de René Dion, les onze commissaires veillent à la bonne gestion administrative et éducative du réseau scolaire dont ils ont la responsabilité. Parmi eux, on compte cinq nouveaux élus qui, pour bien remplir leurs fonctions, recevront une formation en février prochain. On leur attribue une rémunération de 5 280$ par année pour leurs frais de déplacement et de représentation. Un tiers de ce montant n’est pas imposable.

  1. Giroux réside à Boischatel et il dirige une imprimerie. Riche de son expérience de 17 années au sein de différents conseils d’établissement, il espère bien servir les intérêts de la population qu’il représente. Et c’est sans perdre de temps qu’il a assisté, au lendemain de son élection, à la réunion du conseil d’établissement de l’École de l’Île-d’Orléans, à Saint-Pierre. La présence d’un commissaire à cette table fut appréciée, car c’était une première pour ces membres. Le principal sujet à l’ordre du jour de cette réunion portait sur l’enseignement intensif de l’anglais à être mis de l’avant pour septembre 2015.

À cette matière de l’anglais intensif à implanter dans les écoles, s’ajoute le projet de fusion des commissions scolaires qui pourrait réunir les commissions scolaires des Premières-Seigneuries, de Charlevoix et d’une partie du territoire de la Capitale. On retrouverait alors 45 000 élèves dans ce regroupement. Ces projets et ceux de la vie courante présentent de grands défis pour les nouveaux commissaires, mais, pour sa part, M. Giroux se sent prêt à les assumer. Que pense-t-il des fusions? Il ne croit pas qu’elles généreront d’importantes économies, car il y a des coûts engendrés par l’administration de grandes structures. En ce qui concerne l’augmentation du temps réservé à l’enseignement de l’anglais à l’école, il affirme que la qualité du français ne sera pas affectée et que déjà, depuis quelques années, d’autres écoles vivent cette expérience considérée comme positive.

  1. Giroux tient à dire qu’il compte accueillir et écouter ceux qui se présenteront avec des sujets concernant la vie scolaire. Il demeure ouvert à toute demande de renseignements et aux invitations provenant des écoles.

Pour information, voici ses coordonnées: 418 623-6152, claude.giroux@csdps.qc.ca


Partager.

A propos de l'auteur

Nicole Bédard

Laissez une réponse