Abonnez-vous à notre infolettre

Merci de votre abonnement

Something went wrong.

Visit Us On Facebook

Chronique littéraire – Décembre 2015

0

 

Les romans policiers d’André Jacques, qui nous entraînent dans les enquêtes rocambolesques d’Alexandre Jobin, sont toujours remplis de rebondissements et très captivants; La bataille de Pavie, qui vient de paraître aux éditions Druide, ne fait pas exception à la règle. J’avoue attendre toujours la sortie d’un nouveau livre d’André Jacques, qui maîtrise comme nul autre l’art de créer un excellent roman policier, inspiré par sa fascination pour le crime et le monde de l’art. Cette fois, c’est un Alexandre Jobin mal en point que l’on retrouve, puisque son médecin le met en garde et qu’il sent que la mort le guette s’il ne change pas ses habitudes. Et pourtant, fidèle à lui-même, Jobin poursuit sur sa lancée, malgré la sombre spirale qui semble vouloir l’entraîner. Mais deux événements sortent Jobin de sa torpeur. D’abord, l’offre d’un contrat devant le mener en Italie pour faire évaluer des esquisses anciennes, puis, celle, plus délicate, d’une maîtresse ancienne, maintenant en prison, qui lui confie la tâche de retrouver sa fille Pavie, à Palerme, puisqu’elle court un grave danger. Ainsi, Pavie, tueuse professionnelle, deviendra celle qui entraînera Jobin de Montréal à Nice, en passant par Rome et Palerme, puis à Marseille, dans une lutte serrée contre la mort. Dès la parution de son deuxième roman, La commanderie, André Jacques a acquis la réputation de maître du polar au Québec. Son roman De pierres et de sang avait même été qualifié de «l’un de meilleurs polars à avoir été écrits au Québec». La barre était donc haute pour La bataille de Pavie qui, à mon avis, devrait recevoir des éloges aussi enthousiastes.

Quand arrive Noël et que vient le temps de trouver le cadeau approprié à placer sous le sapin, L’agenda du français pratique me semble toujours un incontournable. L’édition 2016, élaborée et peaufinée par Liliane Michaud, est très pratique avec ses grands espaces prévus pour chaque jour, complétés de questions permettant d’améliorer notre connaissance de la langue française. L’agenda contient une fiche pour les renseignements personnels, un calendrier des trois années à venir, un répertoire téléphonique, un carnet d’adresses, une page de planification annuelle, 259 questions de français, 11 minitests, 52 citations et plus encore, ce qui fait de cet agenda le plus pratique que l’on puisse trouver, et ce, à un prix abordable.

Le métier d’aider, de Michel Dorais, publié chez VLB éditeur, est un excellent essai que l’auteur a écrit pour partager son expérience et le fruit de ses recherches. Le livre s’adresse non seulement aux personnes œuvrant comme travailleurs sociaux, psychologues, psychoéducateurs, ou tout autre travailleur de la psyché ou du relationnel, mais également à toute personne avide de connaître les subtilités et les mécanismes du métier d’aider. Le métier d’aider expose des principes fondamentaux en s’inspirant des savoirs, des savoir-être, des savoir-faire éprouvés en sciences humaines et sociales, mais également en prenant appui sur des cas vécus. Le livre comprend 22 chapitres qui exposent de manière accessible des règles simples pour mieux aider, mieux comprendre et développer des outils à utiliser et à partager. Avec beaucoup de rigueur, chaque chapitre aborde une problématique permettant de bien comprendre comment aider les personnes, avec différentes approches et toujours avec respect.


Partager.

A propos de l'auteur

Laissez une réponse