Abonnez-vous à notre infolettre

Merci de votre abonnement

Something went wrong.

Visit Us On Facebook

Chronique littéraire – Janvier 2016

0

 

C’est un roman bien captivant que nous présente Sylvie Ouellette, intitulé L’inconnu de Sandy Cove, publié aux éditions Druide. Une légende du folklore acadien de la Nouvelle-Écosse en est à l’origine, inspirée par un inconnu sans jambes et souffrant d’hypothermie, abandonné sur la plage de Sandy Cove, en Nouvelle-Écosse, en septembre 1863, incapable de dire qui il est et d’où il vient, mais marmonnant quelque chose qui ressemble à «Jérôme». Sylvie Ouellet y a puisé pour écrire son roman mettant en scène Élise Robichaud qui rentre en terre natale de Nouvelle-Écosse, portant en elle le lourd secret d’un mariage malheureux avec Randolph Nesbitt, un attaché d’ambassade qui l’a amenée avec lui en Europe pendant plus de 20 ans. Lors d’une visite à une amie, Élise, qui cherche à oublier son malheur, revoit Jérôme. Élise est stupéfaite d’avoir oublié Jérôme, mais plus encore par l’indifférence des gens du village envers cet homme dont on ignore l’identité et les origines. Pour oublier son chagrin et redonner un sens à sa vie, Élise décide de se lancer à la découverte de l’histoire de Jérôme pour lui rendre sa dignité. Son enquête la ramène brièvement en Europe où elle tente de remonter la piste des origines de Jérôme. Mais le scepticisme des gens et leur apathie rendent la quête d’Élise plus difficile qu’elle ne l’imaginait. Cette quête l’entraînera pourtant dans des péripéties où la passion sera présente. Saura-t-elle la mener à bien? Le roman historique est passionnant et est écrit d’une main de maître, navigant entre réalité et fiction.

Hugues Corriveau publie un roman noir qui s’articule autour du meurtre du petit James Bulger, âgé de deux ans et demi, par deux enfants de dix ans, le 12 février 1993, à Liverpool. S’inspirant de ce meurtre terrible qui avait défrayé les manchettes et qui avait plongé le monde entier dans la stupeur, Hugues Corriveau entreprend de comprendre ce qui peut avoir incité deux enfants de dix ans à en venir à un tel acte, les événements de leur vie, leur psychologie sous-jacente. Il retrace pas à pas la journée fatale du trio. C’est un roman très sombre traçant le portrait de ceux qui sont devenus les plus jeunes assassins d’Angleterre condamnés à une peine d’adultes pour un crime ignoble, mais en étant tout de même des enfants qui en sont arrivés là pour des raisons précises, dans les circonstances. Il raconte l’avenir de ces mêmes enfants, devenus adultes. Perdus autant que la jeune victime. Un roman percutant.

Après le succès de Trafics en plein ciel, Dana Stabenow nous revient avec un autre chapitre des enquêtes de la détective privée Kate Shugak, dans un roman intitulé La mémoire sous la glace. Ce thriller se déroulant en Alaska, avec mort noire et mines d’or en toile de fond, s’articule autour de la demande de Sam Dementieff, l’oncle de Kate, de retrouver la trace de son père. À la mort de Sam Dementieff, Kate, qui n’avait jamais entendu parler de ce pan du passé de son oncle, vétéran aléoute des Égorgeurs de Castner, pilier de la communauté du plus grand parc national d’Alaska, décide d’acquiescer aux dernières volontés de l’homme pour faire la lumière autour de l’aventurier disparu depuis presque cent ans. Il était chercheur d’or et sans doute escroc. Cette enquête, écrite par une auteure à la voix unique, est parsemée de dangers. Certains semblent bien déterminés à l’empêcher d’atteindre son but, car la vérité est à ce point menaçante qu’on n’hésite pas à agresser et tuer. Un thriller réussi qui plaira aux amateurs du genre.

 


Partager.

A propos de l'auteur

Laissez une réponse