Chronique littéraire – Mars 2016

1

 

Le tome II du roman Une deuxième vie – Sur la glace du fleuve, de Mylène Gilbert-Dumas, publié aux éditions VLB, nous présente la suite des aventures d’Élisabeth Létourneau qui a quitté le Québec et une vie qui ne la rendait plus heureuse pour tenter sa chance et provoquer le sort au Yukon. Elle est devenue «musheuse» et a troqué une existence prévisible pour mettre sur pied son propre chenil en caressant le rêve de participer, à l’approche de ses 40 ans, à la course de traîneaux à chiens la plus difficile au monde – la Yukon Quest, qui représente le défi ultime. Auprès de Gabriel, son nouveau compagnon, de David, son neveu, un adolescent rebelle devenu orphelin, et de Jim, son «handler», elle met tout en œuvre pour relever le défi. Mais la vie lui réserve bien des surprises en cours de route et ses rêves ne se réaliseront pas sans une bonne dose de détermination, d’humanité et d’audace. Ce roman captivant s’inscrit dans la lignée des romans de Mylène Gilbert-Dumas qui représentent souvent des héroïnes qui n’hésitent pas à aller à l’encontre des normes pour changer de vie et répondre à l’appel de la liberté.

MauditHiver_300dpiRGBL’essai d’Alain Dubuc, Maudit hiver – Toutes les raisons de ne pas l’aimer, publié aux éditions La Presse, nous présente, non sans humour, un texte dans lequel l’auteur s’indigne contre l’hiver tout en remettant en question la notion de «nordicité» qui devrait, semble-t-il, nous caractériser. À la fois instructif et divertissant, l’essai du journaliste bien connu, aujourd’hui chroniqueur économique et politique à La Presse, nous apprend plusieurs éléments intéressants sur la saison hivernale québécoise. Montréal, par exemple, avec sa température moyenne de −8,3°C en hiver, est la métropole la plus froide du monde. Le rapport amour-haine des Québécois envers l’hiver est scruté et révèle que ceux qui affirment aimer l’hiver sont, pour la plupart, des adeptes des sports d’hiver. L’un des chapitres les plus intéressants évoque des façons «d’hiverniser» nos villes, par exemple en diminuant l’étalement urbain, en rendant les villes plus vivables l’hiver en réduisant les effets du froid et en augmentant le nombre de jours où il est confortable d’être dehors, en misant notamment sur la chaleur du soleil. L’impact économique de l’hiver est un autre élément abordé par Alain Dubuc. Pénibles, donc, les longs mois d’hiver? Alain Dubuc nous rappelle que, selon l’indicateur Vivre mieux de l’OCDE, parmi les pays où il fait le mieux vivre, sept des 10 pays qui arrivent en tête sont des pays de froid et de neige. Un essai à découvrir.

SommelierAVotreTableVous aimez le vin ? Un sommelier à votre table, de Jessica Harnois et Alexandre Marchand, publié aux éditions Québec Amérique, est un livre qui fera certainement votre bonheur. Des conseils de professionnels vous permettront de dénicher les bouteilles les plus intéressantes dans un guide qui présente quelque 500 vins sélectionnés par des sommeliers et sommelières d’ici. On y découvre aussi les restaurants dans lesquels ils pratiquent leur art. Les vins sont classés en trois catégories: 250 trouvailles à moins de 25 $, plus de 150 entre 25$ et 40$ et 80 vins de prestige à plus de 40$. Les vins québécois sont à l’honneur et on retrouve aussi une liste de 101 vins et spiritueux biologiques, nature ou produits en biodynamie. Ce livre, en 2e édition, est un guide idéal pour les amateurs de vins ou les débutants qui désirent s’instruire avec un livre accessible et abordable.


Partager.

A propos de l'auteur

Un commentaire

Laissez une réponse