Opinion: Enfin des nouvelles du futur pont de l’île d’Orléans!

3

Ce projet semble une réplique de l’ancien pont, donc un pont suspendu (par des câbles d’acier) permettant aux navires de passer sous le tablier, ce qui n’est pas nécessaire, le chenal nord n’étant pas utilisé depuis fort longtemps. Ce pont suspendu aura donc une durée probable de cent ans et nécessitera, de par sa conception, des travaux incessants durant l’été pour le maintenir en état. Des vicissitudes supportées par les utilisateurs pendant cent ans, quel progrès! Pourquoi pas une jetée sur le fleuve? Il semble que ce soit trop simple, trop peu coûteux, l’entretien négligeable, mais le ministère de l’Environnement s’y oppose! L’Environnement qui ferme les yeux sur les multiples municipalités et villes qui déchargent leurs égouts, sans traitement, directement dans le fleuve et qui ne s’offusque pas quand la ville de Montréal rejette des millions de litres de M**** et d’immondices dans le Saint-Laurent. Et ce n’est pas fini: on renouvellera ça! J’aimerais que l’Environnement soit aussi compréhensif pour une jetée sur le fleuve (et cela serait sans pollution à perpétuité). Évidemment cela serait moins payant pour les entrepreneurs en construction (construction et maintenance).

Bernard Monna


Partager.

A propos de l'auteur

Collaborateur

Cet article a été écrit par un collaborateur. Autour de l'île tient à remercier tout ceux et celles qui contribuent par leur écrits au dynamisme du journal et de son site Internet.

3 commentaires

  1. Louis Blanchet sur

    Belle et bonne réaction percutante monsieur Monna, mais comme vous le dites, un pont serait plus apprécié de la part des amis des pouvoirs publics, lors de la distribution des contrats et des enveloppes brunes…

    Une jeté, ce serait trop simple et trop environnementaliste…

  2. Francois Bouffard sur

    Je suis d’accord sur le principe d’une jetée qui sera plus écologique, plus économique et plus facile à réaliser.
    Je me soustrait des arguments accessories à l’idée de la jetée.
    Il faut que les Orléanais s’expriment davantage sur ce dossier.

  3. Jacques Boissonneault sur

    Il est nécessaire de considérer les marées, le va et viens des glaces. Une jetée dans un tel contexte n’est pas sans risque. Et le prix n’est pas relié qu’aux roches déposées sur le lit du fleuve. Cette jetée doit comprendre un contrôle des débits d’eau et une méthode mécanique pour assurer qu’ un bouchon ne se forme pas par la glace ou déchets (arbres) dans les tuyaux de régularisation des eaux en aval et en amont de cette jetée.

    Déjà les jetées des pilônes électriques et du pont actuel ont des conséquences.

    Une fermeture totale du débit des eaux au nord de l’ile par un incident n’est pas souhaitable.

    Jacques Boissonneault

    St-François I.O

Laissez une réponse