William Mary-Pouliot, coutelier et forgeron

0

William Mary-Pouliot, de Sainte-Pétronille, consacre la plupart de ses heures de loisir à la fabrication de couteaux. Cette passion artisanale l’a amené à s’identifier comme coutelier et forgeron et à créer sa petite entreprise portant le nom de COUTEAUX WMP.

L’idée de faire des couteaux lui est venue de son passetemps favori, soit celui de s’accorder de bons moments en plein air et de faire du camping sauvage. Le fait de passer des heures en forêt lui a vite fait découvrir la nécessité d’avoir un bon couteau pour toutes sortes d’usages et surtout pour s’amuser, dit-il, à «gosser» du bois. Comme il trouvait ça cher de s’en procurer un de bonne qualité il a donc décidé de le fabriquer lui-même, ce qui lui a permis alors de découvrir son nouveau talent pour le métier de coutelier. Les histoires de Vikings, qu’il a aimé regarder au cours de sa jeunesse, furent aussi pour lui une autre source d’inspiration. Leurs styles de couteaux bien gravés dans sa mémoire ont eu pour effet d’influencer sa créativité.

La fabrication de ses couteaux

À l’âge de 14 ans, c’est dans la cour arrière de la résidence de ses parents qu’il a commencé à se retrouver souvent près de son four et de son enclume pour travailler à la conception de ses œuvres d’art uniques et recherchées. C’est là encore qu’il fabrique ses couteaux pour ensuite procéder à la finition dans le sous-sol de la maison où il aiguise les lames à l’aide d’une sableuse et peaufine certains aspects de leur conception artistique. Tout au long de sa démarche, il se doit de porter un masque de première qualité pour se protéger des résidus de tous les matériaux employés au cours du travail.

Pour la production des lames, il utilise de l’acier carbone, car, explique-t-il, le carbone contribue à garder plus longtemps leur côté tranchant en plus de faire en sorte qu’elles ne rouilleront pas facilement. Les manches des couteaux sont faits de bois de certaines espèces d’arbre, de bois de cerf de Virginie, d’acrylique G-10 (genre de plastique) ou du même métal que les lames. Le manche de l’un de ses premiers couteaux a été fait avec le bois d’un cerf mort qu’il a trouvé au cours d’une de ses excursions en forêt. Il ne manque pas d’imagination en ce qui a trait aux formes et au travail de sculpture, dont le guillochage dentelé, entre autres, qui donne à certaines pièces un cachet exceptionnel. De plus, certains couteaux sont munis d’étuis en cuir végétal qu’il coud de façon artisanale.

William a 19 ans. Il est étudiant en techniques de génie mécanique. Après une dernière année d’étude, il est assuré d’un emploi dans ce domaine où il accomplit actuellement un stage. Par le biais de son site internet, il a déjà vendu certains de ses couteaux, dont un à Paris. Il a participé au marché de Noël du Cercle de fermières de Saint-Jean et à un autre marché aux puces de chasse et pêche.

Visiblement heureux de ses réalisations, c’est avec modestie qu’il nous a démontré comment son travail personnel et sa détermination l’ont conduit à créer un vaste échantillonnage de couteaux, de canifs et de haches, soit pour la cuisine, les activités de plein air ou autres. Pour plus d’information, William nous invite à visionner sa page Facebook du nom de COUTEAUX WMP et son blog www.couteauwmp.blogspot.ca où il fait la preuve de l’efficacité et de la qualité de cet objet indispensable pour réussir une bonne coupe.


Partager.

A propos de l'auteur

Nicole Bédard

Laissez une réponse