Un sapin pas comme les autres

0

Je suis un sapin. Mes racines sont dans une vaste forêt, en Mauricie. Dès mes premières pousses, j’ai constaté que j’avais une très grande famille. Moi et mes semblables, nous vivons au royaume de la tranquillité. On nous appelle le Roi des Forêts. Pourtant, je trouve que nos compagnons n’ont rien à nous envier. Les bouleaux, avec leurs beaux habits blancs, de même que les érables, qui se maquillent de toutes les couleurs à l’automne, ont aussi très fière allure.

Ma vie a changé un certain samedi de novembre. Un homme s’est approché. Il avait l’air songeur. Il examinait chacun de nous. La hache qu’il tenait dans sa main me rendait très nerveux. Mes branches tremblaient jusqu’au tronc. Lorsque j’ai compris que j’étais celui qu’il avait choisi, j’étais terrifié.

Quelques coups de hache plus tard, me voilà grimpé sur le toit d’un véhicule, en route vers ma nouvelle demeure. On m’installe dans un coin, fin seul. Je me demandais sérieusement ce que je venais faire là. Tout à coup, un homme, une femme et trois petits enfants se sont approchés de moi. Ils se sont mis à me vêtir de boules multicolores, de guirlandes et autres décorations, le tout couronné de lumières scintillantes. Le bonheur faisait beaucoup de bruit autour de moi.

L’intérêt qu’on me portait me faisait très chaud au cœur. J’étais très fier, sans vraiment comprendre la raison de tout ce branle-bas. Pendant la nuit de Noël, j’ai enfin compris. Un vieux monsieur avec une longue barbe blanche portant un beau costume rouge a déposé à mes pieds plein de présents et est reparti aussitôt après avoir bu un verre de lait et mangé des biscuits aux brisures de chocolat qui l’attendaient sur le manteau de la cheminée.

Au lever du jour, j’entendis les petits pas précipités des enfants qui accouraient vers moi afin de découvrir ce que le vieux bonhomme avait laissé pendant la nuit. Devant tant de bonheur, j’étais très ému. En me concentrant sur le peu de sève qu’il me restait, j’ai même versé une petite larme d’émotion. J’allais oublier… Avant de quitter, le père Noël a laissé une note aux enfants qui disait:

Joyeux Noël les enfants! Ho! Ho! Ho!

Un conteur anonyme

(photo: breki74)


Partager.

A propos de l'auteur

Collaborateur

Cet article a été écrit par un collaborateur. Autour de l'île tient à remercier tout ceux et celles qui contribuent par leur écrits au dynamisme du journal et de son site Internet.

Laissez une réponse