Prolongement du réseau de collecte des eaux usées à Saint-Pierre

0

À Saint-Pierre, l’idée d’offrir à un plus grand nombre d’habitations le service de collecte et de traitement des eaux usées ne date pas d’hier. Depuis la mise en marche du réseau que l’on connaît, en 2006, nombreux furent les scénarios qui ont circulé quant à son expansion. Aujourd’hui, les hypothèses se sont resserrées et il appert que les investissements les plus pertinents actuellement et les plus efficaces (coûts les plus faibles, nombre maximal de résidences desservies) devraient être réalisés à l’extrémité est du village. C’est ce qu’affirmait le maire Sylvain Bergeron rencontré récemment.

On a voulu d’abord s’assurer de la capacité du système en place à traiter un volume supplémentaire d’eaux usées. L’étude réalisée en 2014 sur cette question montre que ledit système peut accueillir autour de 80 résidences additionnelles, ce qui, combiné à la réduction de la charge volumique obtenue grâce aux travaux de séparation des eaux pluviales effectuées depuis 2010 sur les rues Rousseau et Prévert, devrait suffire à desservir les résidences potentiellement «connectables». Il faut savoir, en effet, que la séparation des eaux pluviales diminue par conséquent le débit des eaux usées acheminées aux étangs d’épuration − le cœur du processus d’épuration − en plus de provoquer un gain d’efficacité en raison de l’augmentation de la concentration des matières organiques qui s’y trouvent.

Récemment (2016), les consultants de Tetra Tech se virent confier la tâche d’évaluer les coûts associés à un certain nombre d’options (raccordement au réseau actuel ou unités autonomes de collecte et de traitement), techniquement réalisables pour les secteurs ouest et est de la municipalité. Et c’est sur la base d’un certain nombre de scénarios élaborés par ces consultants et validés par le conseil municipal qu’une assemblée publique d’information et de consultation fut tenue le 19 mai 2016; cette assemblée a d’ailleurs permis d’évaluer la réaction des citoyens face aux hypothèses présentées. Certaines parmi ces dernières ont été écartées en raison notamment de leurs coûts prohibitifs ou encore des incertitudes liées aux modifications éventuelles de la topographie des lieux, comme c’est le cas dans le secteur de la côte du Pont (nouveau pont).

Le 30 septembre 2016, la Municipalité de Saint-Pierre-de-l’Île-d’Orléans lance donc un appel d’offre de services professionnels pour la préparation de plans et devis et la surveillance des travaux en vue du prolongement du réseau d’égout sanitaire dans le secteur est de la municipalité. Le document (amendé en octobre) précise que le coût global des travaux est évalué à approximativement 1 735 000$ et que le projet vise à mettre en place 1 425 m linéaires de nouvelles conduites d’égout sanitaire pour desservir environ 40 logements. Ces chiffres sont fournis à titre indicatif, car, une fois développé, le projet pourrait différer substantiellement de l’intention initiale en raison de plusieurs paramètres incontrôlables, tels, par exemple, la nature des sols où seront enfouies les canalisations. La municipalité souhaite réaliser tous les travaux dans le cadre du programme FEPTEU et à l’aide du programme propre à la taxe d’accise sur l’essence. Précisons que le Fonds pour l’eau potable et le traitement des eaux usées (FEPTEU) est le résultat d’une entente de financement bilatérale Canada-Québec annoncée le 2 septembre 2016 où la contribution financière du gouvernement fédéral s’élève à 50% du financement des projets alors que celle du provincial est de 33%; ces proportions peuvent être plus élevées pour les petites municipalités. La municipalité est déjà assurée d’une aide financière provenant de ce fonds correspondant à environ 700 000$ si l’on en croit le communiqué du 1er mars 2017 provenant du ministère des Affaires municipales. Quant au Programme de la taxe fédérale sur l’essence et de la contribution du Québec (TECQ), il s’agit là aussi d’une entente bilatérale visant à transférer aux municipalités une partie des revenus de la taxe fédérale d’accise sur l’essence à laquelle s’ajoute une contribution du gouvernement du Québec en vue de mettre aux normes, de maintenir et de développer leurs infrastructures d’eau potable, d’eaux usées, de voirie locale et d’autres types d’infrastructures.

Finalement, c’est la firme Tetra Tech qui a été retenue pour élaborer le projet décrit. Elle est à l’œuvre depuis novembre 2016 et doit déposer sous peu un rapport qui renfermera, entre autres, une proposition de plans et devis, une estimation des coûts en fonction des contributions relatives des programmes gouvernementaux sollicités de même que l’évaluation de la contribution financière des citoyens de Saint-Pierre.

Une présentation publique est prévue. Elle devrait avoir lieu très bientôt puisque l’essentiel des travaux doit être réalisé au cours de l’année 2017. Nous informerons nos lecteurs du lieu et de la date de cette assemblée.


Partager.

A propos de l'auteur

Normand Gagnon

Laissez une réponse