Hommage à Bruno Couteau

1

À la suite d’un cancer fulgurant, M. Bruno Couteau, vice-président du journal Autour de l’île de 2008 à 2016, nous a quittés la semaine dernière pour un autre monde. Toutes nos sympathies à Pascale, sa conjointe, et à toute sa famille.

À la prochaine Bruno

Ce samedi 15 juillet, âgé de 62 ans, Bruno Couteau nous a quittés à la suite d’une courte et fulgurante maladie, créant un grand vide  sur le haut de notre côte, à St-Jean.

Arrivés au Québec, au printemps 2004, lui et Pascale Gisselmann, sa douce, s’installent à l’Ile d’Orléans, après y avoir trouvé, au hasard de leurs recherches, la maison souhaitée. Ils y tiendront  un gîte de 2004 à 2009. Ecolocyclo, son entreprise de location de vélos, verra le jour dès 2005, et ce jusqu’en  2016, d’abord à St-Laurent,  puis à St-Pierre et au Vieux-port de Québec.

Mais avant de devenir travailleur autonome, Bruno Couteau a consacré en France une grande partie de sa vie active à la jeunesse, soit dans des organismes à vocation sociale,  culturelle ou sportive.  Directeur de services jeunesse et enfant, coordonnateur de Maison des jeunes,   directeur sportif et scolaire,  coordonnateur d’équipe, il mettait ses talents au service des jeunes tout en cherchant à les impliquer  dans différents projets. Il a également oeuvré en prévention sociale dans certaines banlieux.

Toujours animé par ce désir de servir la communauté, il s’impliquera rapidement dans différentes organisations de l’Île d’Orléans, dont le journal Autour de l’Île, le CLD, le mouvement Une Île, une vision.

Également grand sportif, et grand amateur de défi,  il a pratiqué le ski alpin, le ski nautique, la nage, la voile, la plongée, le patin sur glace, le delta-plane, le parapente, le cerf-volant de puissance sur neige… et bien sûr le vélo. Il a même  souvent été moniteur de ces différents sports. Ayant vécu dans son adolescence à Rome et à Saïgon, il était aussi  un passionné de voyages.

Si Bruno Couteau est ‘’tombé en amour ‘’ avec le Québec, assez pour choisir de venir y vivre, les gens qu’il y a côtoyés sont vite devenus ses amis et se souviendront de lui avec beaucoup  d’affection et de tendresse. Doté d’un sens de l’humour sans pareil, toujours souriant, bon vivant   amateur de pastis, de bon vin …et de chocolat! il égayait et ‘’pimentait’’ nos belles soirées. Mais tous se rappelleront  son grand souci de justice et d’égalité sociale,  sa rigueur intellectuelle,  qui dictaient ses actions et ses prises de position.

Bruno, tu as été un ‘’voisami’’ (voisin ami mot créé par Pascale) formidable. Tu seras un ami pour toujours.

Martine Fauteux

 

Le journal Autour de l’île a lié nos destinées. C’est en 2007 que nous y faisions tous deux notre entrée au conseil d’administration. L’année suivante, nous nous retrouvions, par la force des choses, présidente et vice-président. Nous avons tenu le phare durant huit ans et je crois qu’en grande partie l’estime que pour avions l’un pour l’autre fut la raison de notre longévité.

Bruno, par ses valeurs, son expérience, son équilibre et sa vision des évènements moins émotive que la mienne, a été mon antipanique et ma colonne vertébrale tout au long de notre collaboration.

Homme engagé, disponible, au sens de l’humour peu commun, Bruno nous a permis de mener la barque et de finaliser plusieurs dossiers.

  • Nous avons accompagné deux rédacteurs en chef.
  • Nous avons signé deux protocoles avec la MRC.
  • Nous avons entrepris le virage électronique, web, Facebook.
  • Nous avons pris en charge le guide touristique de l’île d’Orléans.
  • Nous avons négocié un nouveau local, des conditions de travail pour nos deux employés (échelle salariale, assurance collective, évaluation au travail).
  • Nous avons travaillé à la mise sur pied d’un plan triennal.
  • Nous avons révisé nos règlements, notre politique d’information, notre code d’éthique et l’image du journal.

Cela, sans oublier le travail des administrateurs du CA, de la coordonnatrice et du rédacteur en chef qui ont su nous conseiller et nous accompagner dans ces nombreuses décisions.

La cerise sur le « sunday », c’est qu’à la fin de nos mandats respectifs, à Bruno et à moi, le journal Autour de l’île recevait le grand prix de l’AMECQ : Journal de l’année 2016!

Merci Bruno d’être entré dans ma vie; tu es devenu mon ami et plus encore. Repose en paix, je te chérirai toujours.

Violette Goulet

 

Je m’unis à l’équipe du journal pour offrir mes condoléances à la famille de M. Bruno Couteau, avec reconnaissance pour le travail accompli au cours de ces années de dévouement envers la communauté de l’île d’Orléans.
Nicole Bédard

 

Pour moi, se souvenir de Bruno, c’est avant tout se remémorer son sens de l’humour. Adepte des jeux de mots et pince-sans-rire, ses boutades étaient lancées sans sourciller. Vives et sournoises, ses pirouettes langagières pouvaient être grinçantes, mais étaient toujours accomplies sans malice. Si certains de ses calembours élicitaient des rires, d’autres, plus subtils, n’étaient soulignés que d’un échange de regards. Ces attestations silencieuses étaient la discrète récompense de ceux ayant détecté le double sens de ses dires. Au revoir et merci pour ses instants de folie.

Sylvain Delisle

 


Partager.

A propos de l'auteur

Collaborateur

Cet article a été écrit par un collaborateur. Autour de l'île tient à remercier tout ceux et celles qui contribuent par leur écrits au dynamisme du journal et de son site Internet.

Un commentaire

  1. Arthur Plumpton sur

    Nous sommes tous les briques ou pierres dans un édifice, soit celle de notre société et notre communauté. Chacune se lie à l’autre par sa force et par le mortier. Que l’édifice soit fort et agrandissant est du à cette intégration d’éléments. Je pense que je n’ai pas eu le plaisir de rencontrer Monsieur Bruno, mais d’après vos homélies je sens qu’il était une pierre critique pour la communauté.

Laissez une réponse