Bonheur, paix, santé à Ignace Somé

0

Une fête pleine d’émotion et de joie s’est tenue le 14 juillet 2017 à l’église de Saint-Pierre à l’occasion du départ d’Ignace Somé pour son pays natal, le Burkina Faso. Pour la circonstance, 250 paroissiens de l’île d’Orléans sont venus lui manifester leur reconnaissance pour les six années qu’il a passées auprès d’eux.

Quand les cloches ont sonné pour la messe, les gens entraient tous en esquissant des regards chaleureux destinés à leur curé qui les accueillait avec affection, échangeant des poignées de main et ayant de délicates attentions pour chacun. Cette célébration empreinte de solennité et de recueillement, préparée par des bénévoles des six communautés chrétiennes de l’île, marquait un pas de plus vers la communion de communautés qui prendra racine en janvier 2018.

Après le souper fraternel, des hommages ont été rendus à celui qui terminait sa mission à l’île. Claire Beaulé, présidente de la Fabrique La Sainte-Famille d’Orléans, a fait ressortir ses multiples qualités d’accueil et de présence joyeuse auprès de ceux qu’il a servis. Elle a noté en particulier son souci d’éveiller et de faire grandir la foi chrétienne chez les enfants.

Quant au président de la Fabrique Sainte-Trinité d’Orléans, Jean Vaillancourt, il a évoqué avec humour les nombreux défis qu’a dû affronter ce missionnaire dans notre pays. Il a mentionné son accent africain différent du nôtre, la conduite automobile pénible sur la glace, le difficile mandat de réunir les communautés chrétiennes à l’intérieur d’une seule paroisse, la manière d’aborder les Québécois qui ne pratiquent pas ou peu. Il a aussi tenu à préciser qu’Ignace Somé ne s’est pas laissé arrêter par ces obstacles, le remerciant pour son dévouement, son accueil, ses prières et les nombreux services rendus. Avec sincérité, il a formulé ces souhaits: «Bonheur, paix, santé au Burkina Faso!»

Après le chant En ce pays, offert par quatre paroissiens, le curé Ignace a tenu à dire à tous: «Je repars de l’île d’Orléans avec le cœur plein de joie et de reconnaissance. Ce qui m’a donné la paix, c’est de me dire que je suis venu avec le grand désir d’aimer, comme le Seigneur me l’a demandé. Je repars comme un arbre qui va se faire planter ailleurs, avec la même joie qui m’animait lorsque je suis venu ici.» «Je prie pour tous et je vous remercie pour ces surprises», ajoutait-il, après avoir annoncé qu’il sera aumônier dans un monastère de cisterciennes bénédictines de son pays.

Des remerciements

Grâce à la générosité de nombreux participants, commanditaires et organismes du milieu, une bourse de 3 761,88$ lui a été remise. Les organisateurs de cette fête tiennent à les remercier bien sincèrement ainsi que tous les bénévoles qui ont mis la main à la pâte avec fraternité et dévouement.

Sur la photo:

Ignace Somé, curé de l’île d’Orléans (au centre sur la photo), était entouré des marguilliers et des présidents des deux fabriques de l’île: Jacques Gosselin, Jean Rompré, Lise Paquet, Jean Vaillancourt, Jean-Guy Michaud, Claire Langevin, Marie-Hélène Ouellet, Claire Beaulé, Jacques Goulet et Victor Plante. Le marguillier Michel Deveau était absent.

 


Partager.

A propos de l'auteur

Nicole Bédard

Laissez une réponse