Bilan de la brigade verte

0

La MRC de L’Île-d’Orléans a accueilli, cet été, sa première brigade en gestion des matières résiduelles (GMR). Durant huit semaines, les deux agents de sensibilisation, Benjamin Labry et Antoine Dubois, ont sillonné l’île pour inspecter les bacs des résidents et des commerçants. L’objectif était de sensibiliser les gens à l’importance de recycler davantage. Au total, la brigade a réalisé plus de 2 000 inspections, soit 1 057 pour le recyclage et 983 pour les ordures. Les deux jeunes hommes ont procédé à une inspection visuelle rapide et à tâtons dans le cas des sacs d’ordures. Cela a permis de repérer certaines pratiques à améliorer.

© Mélissa Poirier – Il arrive parfois que de précieux matériaux, comme l’aluminium, aillent aux ordures.

Les 10 «erreurs» les plus remarquées

  • contenants et bouteilles de plastique aux ordures,
  • boîte ou emballage de carton aux ordures,
  • styromousse aux ordures,
  • Recyclage mis dans un sac opaque,
  • canette aux ordures,
  • publisac non séparé de son contenu dans le recyclage,
  • sacs et pellicules plastiques en vrac,
  • verre en carton (café ou liqueur) aux ordures,
  • caissette de carton et plastique non séparés,
  • essuie-tout ou mouchoir au recyclage.

Sensibilisation plus directe

En plus de distribuer des billets de sensibilisation, la brigade a rencontré une cinquantaine de citoyens, fait la tournée des commerces, rédigé deux articles dans le journal, visité le centre de tri et réalisé quelques publications Facebook. Les agents de sensibilisation ont remarqué que beaucoup de fausses croyances persistent. «Ce que je retiens de ma visite au centre de tri, c’est que contrairement à la croyance selon laquelle le recyclage aboutit aux ordures, 90% de ce qui va au centre de tri est recyclé. Pour le centre de tri, aller porter des matières à l’élimination constitue la dernière solution, car cela leur coûte très cher. C’est plutôt logique: ils ont bien plus à gagner à trouver des débouchés pour leurs matières et pouvoir en tirer profit que de payer pour s’en débarrasser», nous a dit Antoine Dubois.

Réduire nos déchets a de grands avantages: cela nous permet de préserver nos ressources, de faire des économies collectives (recycler nous coûte 18 fois moins cher que jeter aux ordures) et de vivre dans un environnement plus sain.

Mélissa Poirier
Responsable de la GMR, MRC de L’Île-d’Orléans


Partager.

A propos de l'auteur

Collaborateur

Cet article a été écrit par un collaborateur. Autour de l’île tient à remercier tout ceux et celles qui contribuent par leur écrits au dynamisme du journal et de son site Internet.

Laissez une réponse