En 2017, vous n’avez plus d’excuses

0

 

C’est le slogan de la campagne lancée au mois d’août dernier par la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ) en vue d’inciter les citoyens «à utiliser les nombreux points de dépôts permettant de récupérer les résidus dangereux tels que les piles, les ampoules fluocompactes, la peinture, les appareils électroniques, les médicaments, etc.[i]». On comprendra que l’objectif ultime est de détourner ces résidus de l’incinérateur et des sites d’enfouissement, mais aussi du bac bleu où ils contaminent les autres matières recyclables. C’est une question de qualité de l’environnement et de santé publique.

En vue d’atteindre ce but, la CMQ a mis au point un outil en ligne permettant d’identifier tous les points de dépôt de la région: commerces, organismes communautaires, services municipaux, etc. On peut y avoir accès à l’adresse http://www.tesresidusdangereux.com/

Sur le territoire de l’île, pour se débarrasser des peintures, vernis et aérosols, par exemple, on trouve quatre lieux de récupération en plus du mégarecyclage de mai; il s’agit du BMR-Unicoop, à Saint-Pierre, de la MRC de L’Île-d’Orléans, de la municipalité de Saint-François et du garage Réjean Deblois, à Sainte-Famille. Mélissa Poirier, responsable du programme de la gestion des matières résiduelles pour la MRC, nous signale toutefois que la municipalité de Saint-Laurent récupère aussi les peintures et les huiles, omission qui sera corrigée sous peu. Pour chacune des catégories de résidus dangereux (ampoules, téléphones, cartouches d’encre, etc.), une carte fournit l’emplacement de tous les dépôts sur l’île. Le site donne bien entendu les adresses de chacun d’eux, les heures d’ouverture, l’itinéraire pour s’y rendre de même que le type de résidus acceptés.

Rappelons que la CMQ est un organisme de planification, de coordination et de financement qui intervient particulièrement en aménagement du territoire, en transport métropolitain, en environnement et en gestion des matières résiduelles. Elle regroupe vingt-huit municipalités et trois MRC, dont celle de l’île d’Orléans.

[i] Communiqué du 28 août de la CMQ.


Partager.

A propos de l'auteur

Normand Gagnon

Laissez une réponse