Jonathan Tremblay met son grain de sel dans la campagne électorale municipale

0

 

Jonathan Tremblay, candidat du NPD défait aux élections fédérales de 2015, met son grain de sel dans la campagne électorale municipale de Charlevoix, de la Côte-de-Beaupré et de l’île d’Orléans. Dans son communiqué de presse du 12 septembre 2017, il justifie son intervention en invoquant la tradition selon laquelle les éventuels candidats sont habituellement sollicités pour répondre à «une liste d’épicerie», de fait, une série de sujets sur lesquels il aimerait entendre chacun d’eux. Sa démarche semble s’inspirer des grands mouvements politiques et sociaux qui interpellent, à des moments charnières, les politiciens de tous les niveaux, du local au national, pour les faire se prononcer sur les enjeux sociaux de l’heure. Bien qu’il ne soit pas candidat aux prochaines élections municipales, il dit espérer que les objets de réflexion qu’il propose seront de nature à susciter le débat et, pourquoi pas, des candidatures, nous dit-il.

Le pouvoir aux citoyens

Il met de l’avant une forme de démocratie participative pour contrer ce qu’il appelle «l’obstruction imposée aux citoyens» en soulignant qu’il n’y a pourtant rien de plus stimulant que de parler d’avenir en groupe large et sur toutes les tribunes.

Des préfets élus au suffrage universel

Pour éviter «les petits jeux politiques d’arrière-scène», il en appelle à l’élection des préfets, argüant que ces derniers n’ont pas été élus par l’ensemble des citoyens de la MRC. «En 2017, nous dit-il, nos régions ne se résument plus seulement qu’à des municipalités, mais sont également des territoires. C’est dorénavant un incontournable en matière de développement et de services aux citoyens. Un préfet élu au suffrage universel aurait l’avantage de développer une vision régionale et d’être redevable envers les gens de la région et non d’une seule municipalité.»

Regroupements municipaux et MRC

M. Tremblay affiche clairement sa position sur la nécessité de réaliser, dans une première étape, des études au sujet des fusions municipales ou des MRC et invite à débattre sereinement des enjeux soulevés à partir de la présentation impartiale des données issues de ces études. Il dit vouloir appuyer «tous les candidats qui demanderont aux citoyens s’ils veulent d’un regroupement des municipalités de l’île ou non. […] Peu importe, ajoute-t-il, l’issue de ces référendums; je rêve du jour où les candidats des différentes municipalités auront comme leitmotiv de développer des visions et des projets régionaux en plus de ceux locaux.»

Enfin, l’ex-député lance une invitation à l’ensemble des candidats pour qu’ils fassent connaître publiquement leurs positions sur ces sujets.


Partager.

A propos de l'auteur

Normand Gagnon

Laissez une réponse