Caroline Simard dresse son bilan de l’année 2017

0

Rencontrée à son bureau de circonscription de Boischatel, notre députée s’est montrée satisfaite des dossiers qu’elle a fait progresser à l’île d’Orléans en 2017.

Elle nous confirme que ses dossiers prioritaires pour l’île ont été et continueront d’être, en 2018, ceux du pont de l’île et du plan de conservation. Au sujet du pont, elle souligne que ce dossier demeure indépendant de celui du troisième lien Québec/Rive Sud. À ses yeux, quelle que soit la progression à venir sur ce dernier, le délai de mise en service du pont de l’île demeure 2024. En outre, dans le contexte du rapport éventuel entre le troisième lien et l’île d’Orléans, l’achalandage sur notre territoire et la protection du site patrimonial resteront ses principales préoccupations.

Des 120 M$ dépensés par son gouvernement en 2017 dans sa vaste circonscription, 4 M$ l’ont été pour l’île. Le financement de plusieurs projets dans tous les secteurs a apporté du soutien aux agriculteurs, à l’amélioration du réseau routier (2 M$ en 2017, excluant les travaux à Saint-Laurent), aux infrastructures, en éducation et petite enfance, au réseau municipal, aux infrastructures touristiques (200 000$ accordés pour les nouvelles installations de Cassis Monna & Filles), à la culture et à la préservation du patrimoine (patrimoine religieux, Parc maritime de Saint-Laurent, Fondation François-Lamy, etc.). Quatre ministres du gouvernement ont visité l’île en 2017.

En outre, à partir de son budget discrétionnaire à titre de députée ou de ceux de différents ministres qu’elle a sollicités, elle a pu répondre positivement aux demandes de soutien à l’action bénévole: selon madame Simard, tout organisme qui sollicite un soutien recevra une écoute positive.

Ses autres activités

Caroline Simard est fière de son implication dans diverses associations de parlementaires, notamment dans le Réseau des femmes parlementaires du Commonwealth où elle représente les parlementaires québécoises. Elle a récemment été nommée membre du conseil d’administration de la Fondation des parlementaires québécois Cultures à partager. Cette fondation est un organisme de coopération internationale dont la mission est de promouvoir l’éducation et l’apprentissage de la lecture, la protection de l’environnement et le partage des cultures entre pays francophones.

Enfin, dans le contexte actuel de la dénonciation des conduites de harcèlement et d’inconduite sexuelle, on se souviendra que Caroline Simard avait dénoncé sur les médias sociaux un incident dont elle avait elle-même été victime en 2015. Elle avait à l’époque été blâmée par certains pour la publicité donnée à l’incident. Il y a fort à parier que cette réaction serait différente aujourd’hui et madame Simard a publié un texte sur sa page Facebook en soutien à celles qui dénoncent ce type de conduite.

Le Plan de conservation du site patrimonial de l’Île-d’Orléans

Interrogée sur ce sujet de l’heure, Caroline Simard rappelle que le plan de conservation a nécessité trois ans de travaux et a fait l’objet de consultations publiques et de six rencontres avec les élus de l’île afin de permettre à ces derniers de faire valoir leurs préoccupations. Selon madame Simard, le plan, dans sa version définitive, tient compte de 80% des commentaires formulés par nos élus. Elle confirme que des plans semblables ont été adoptés et sont bien acceptés dans la plupart des sites patrimoniaux.

Là où le bât blesse, c’est sur la question des matériaux «nobles» sur laquelle le MCC ne peut céder sans négliger sa mission, puisque des matériaux contemporains peuvent affecter l’intégrité du site. Caroline Simard dit toutefois militer pour une bonification de l’aide financière consentie aux propriétaires. Elle note cependant que l’opposition farouche au plan ne donne pas bonne presse à l’île d’Orléans, qui demeure responsable de préserver son propre patrimoine.

Enfin, madame Simard nous dit que le MCC est très conscient des problématiques qui affectent le processus des autorisations de travaux et qu’on cherche activement des solutions. Quant à elle, le plan demeurant une priorité pour cette année, elle entend poursuivre son travail de facilitatrice des relations entre le MCC et les élus de la MRC pour la suite des choses. Notamment, des rencontres d’information citoyennes et des ateliers de travail avec des représentants de la MRC devraient se tenir prochainement.


Partager.

A propos de l'auteur

Isabelle Harnois

Laissez une réponse