Les fonds du Programme d’aide à la restauration patrimoniale épuisés jusqu’en 2020

0

Nous avons rencontré Mme Chantale Cormier, directrice générale de la MRC, pour faire le point sur l’allocation des subventions provenant de l’entente MRC/MCC conclue pour la période comprise entre le 1er avril 2017 et le 31 mars 2019. On se souviendra que cette entente permet de couvrir un certain pourcentage des travaux de restauration d’un bâtiment patrimonial répertorié afin de le maintenir ou de le rétablir dans son état original et de respecter les orientations du Plan de conservation. Les pourcentages varient de 70% du coût des travaux pour la réfection d’une toiture à 50% de celui pour la réfection des ouvertures, par exemple. Le conseil des maires a fixé le montant maximum qui peut être alloué à 35 000$ par citoyen.

Mme Cormier nous précise que les pourcentages prévus dans la plus récente entente sont beaucoup plus généreux que ceux des ententes précédentes, et ce, pour tous les arrondissements et sites historiques du Québec. Le conseil des maires avait d’ailleurs fait valoir auprès du MCC que les pourcentages de subvention antérieurs étaient insuffisants pour inciter au respect des normes. Ces bonifications ayant été annoncées avant l’entrée en vigueur de l’entente 2017-2019, plusieurs citoyens auraient semble-t-il retardé leurs projets de restauration de façon à y être admissibles.

Cette conjoncture a donc donné lieu à une très grande demande en regard des sommes disponibles en vertu de l’entente, soit 100 000$ en 2017, 300 000$ en 2018 et 300 000$ en 2019; ces sommes ont rapidement été épuisées. Chantale Cormier nous apprend que la plupart des demandes − environ 80% − portent sur le financement de toitures de bardeaux de cèdre ou de tôle, qui se méritent presque toutes le maximum alloué. On comprend que la restauration de 8 à 10 toitures suffit à venir à bout de l’enveloppe annuelle. Les demandes excédentaires se trouvent reportées en ordre prioritaire sur l’exercice suivant. On a même établi une liste d’attente sur l’éventuel budget de la prochaine entente. En effet, sous réserve d’un changement de gouvernement lors des prochaines élections provinciales, on s’attend à ce que le programme d’aide soit reconduit en 2019.

Le MCC aurait offert de bonifier l’enveloppe actuelle à condition que la MRC contribue des sommes équivalentes. Or la MRC investit déjà 150 000$ et le conseil des maires serait peu enclin à y cotiser davantage, par souci d’équité. Les sommes totales consacrées à l’aide à la restauration représentant entre 10 et 13% de son budget, selon Chantale Cormier.

Quoi qu’il en soit, force est de constater que l’aide gouvernementale est devenue indispensable à la conservation du patrimoine bâti de l’île d’Orléans et semble pleinement justifiée par son statut d’arrondissement historique.


Partager.

A propos de l'auteur

Isabelle Harnois

Laissez une réponse