Navigation sur: Chroniques

Chroniques Homoreptilus
1

Élaborée dans les années 50 par le neurobiologiste Paul D. MacLean, la théorie du cerveau triunique présente un…

Chroniques
0

On aura beau dire que la grève étudiante n’a pas décollé faute d’une large adhésion et en raison du flou des revendications, de son caractère anarchique et de certaines tactiques jugées contreproductives, il n’en reste pas moins que les étudiants ont été jusqu’ici à peu près les seuls, avec quelques groupes sociaux et environnementaux, à passer de la condamnation des politiques d’austérité à des gestes concrets de résistance dans la durée. Les grandes organisations syndicales se sont étrangement faites discrètes malgré des analyses de la situation sociale semblables en tous points.

Chroniques Masque
0

C’est de cette colère face à l’injustice dont il est ici question; de ce bouillonnement intérieur qui se manifeste devant une situation considérée comme inacceptable; pour certains, de ce profond inconfort ressenti quand des valeurs fondamentales universelles sont bousculées; de ce sentiment d’urgence qui nous pousse à réagir et à agir. Pas de ces réactions à vif que semblent s’autoriser certains commentateurs en pourfendant ceci aujourd’hui et son contraire demain; ou en condamnant sans analyse aucune toute dérogation à l’ordre établi, à la langue de bois et à la bonne conscience.

Chroniques
0

S’il fut jusqu’ici communément admis que la liberté fait partie de nos valeurs communes et est bien ancrée dans ce socle issu de la reconnaissance de l’égalité des êtres humains, cet acquis, comme bien d’autres, incidemment, est aujourd’hui sérieusement malmené par une série de mesures législatives qui, curieusement, prétendent la défendre.

Chroniques
1

Durant la «marche républicaine» du 11 janvier à Paris, on a vu défiler au début du cortège, entourant le président français François Hollande, des dirigeants de pays où cette liberté est justement mise à mal. De quoi ternir immanquablement cet hommage aux disparus. Et être scandalisé par cette mise en scène de la plus haute hypocrisie. On remarquait en effet dans ce cortège la présence de représentants de l’Égypte, de la Russie, de la Turquie, d’Israël, de l’Algérie et des Émirats arabes unis.

Chroniques
0

N’avons-nous pas entendu à maintes reprises durant la dernière campagne électorale, de la bouche même de celui qui allait devenir premier ministre du Québec, des propos louangeurs envers ces petites et moyennes entreprises qui seraient responsables de la moitié des emplois au Québec? N’avons-nous pas aussi, malgré un certain scepticisme, souhaité ces 250 000 nouveaux emplois, promesse électorale réitérée depuis?

Chroniques
2

Serait-il possible que les récentes tueries, survenues à Saint-Jean-sur-Richelieu et à Ottawa, aient bien peu à voir avec le terrorisme? Serait-il envisageable que toute cette violence ne soit en fait qu’une manifestation parmi tant d’autres de l’incapacité de plusieurs de trouver leur place dans une société qui leur fait violence justement en les marginalisant à cause de problèmes liés à des déficiences diverses ou à un équilibre psychologique précaire? Ces comportements impulsifs et délirants ne pourraient-ils pas être considérés comme des rebonds de cette image de «vaincus qui n’ont plus rien à perdre sinon leur propre vie», image qu’ils ont eux-mêmes intériorisée à la suite d’échecs successifs? Est-il surprenant que des individus mal en point tentent de briser leur isolement, d’évacuer leurs frustrations et de rechercher la reconnaissance en copiant le modèle de résolution de problèmes qui leur est quotidiennement proposé, à savoir l’usage des armes et de la force brutale?

Chroniques
4

Vous n’êtes pas tannés? De l’hypocrisie, surtout. Celle de nos politiciens qui imposent, sans plans ni études sérieuses, des coupes aveugles dans les organismes, ministères et programmes alors qu’ils savent très bien que la plus grande part des budgets qui les soutiennent sont incompressibles (salaires, coûts fixes liés à l’entretien des bâtiments, etc.). Ce qui pousse ces entités gouvernementales ou paragouvernementales à mettre de l’avant des amputations aussi grotesques qu’antisociales et injustes. Après les hausses de tarifs annoncées pour les garderies, voilà que surgissent des annonces de coupures dans l’aide sociale, dans les programmes de santé mentale et de soutien à l’autonomie des personnes âgées, dans les bibliothèques scolaires, dans l’aide aux devoirs, etc. Vous aviez sans doute remarqué que les victimes de ces «efforts d’optimisation» sont les personnes les plus vulnérables de la société. L’hypocrisie se conjugue donc ici à la lâcheté.