Des mini légumes qui donnent des méga résultats

0

Ajouter des produits sans augmenter sa clientèle. Voilà la recette qui donne des résultats chez Fines herbes par Daniel. La petite ferme maraîchère et florale de Saint-Jean cultive pour une deuxième année des mini légumes et des légumes fins de restauration, ce qui a permis à l’entreprise du couple Marc-André Bouchard et Daphnée Guillemant de tripler son chiffre d’affaires et son nombre d’employés.

Après une première année de démarrage, de rodage et d’implantation, l’entreprise s’est donné une production complémentaire à celle des fines herbes à la suite de semences d’une dizaine de variétés de mini légumes, tels la tomate, l’aubergine, le poivron, les mini-racines (carotte et betterave), la courgette ( fleur de courgette très en demande ), le topinambour, le brocoli, le pois mangetout, le mesclun de salade et le bébé gingembre.

« Nous avons embauché un spécialiste en la matière, Jim Beaudet, qui a monté le plan d’implantation. Si la plantation fonctionne, on prolonge d’une année à l’autre. Sinon, on arrête et on fait d’autres essais, comme le radiccio et le fioretto (chou-fleur en bouquet) », a précisé M. Bouchard.

« En conservant moins de variétés qu’une ferme maraîchère de taille plus imposante, nous conservons un volume stable à prix concurrentiel. Stratégiquement, nous n’accroissons pas notre nombre de clients, mais nous haussons nos ventes avec cette même clientèle », a-t-il ajouté.

Chaque jour d’été, un camion livre les fines herbes et les mini légumes à une cinquantaine de restaurants de Québec comme le Laurie Raphaël et le Continental, dont les terrasses roulent à plein régime en forte saison.

« Quelque 60 % de nos ventes sont directes et 40 % vont à des distributeurs alimentaires tels que Gordon, GFS et Viandex pour tout l’est du Québec », a souligné M. Bouchard qui s’implique dans sa communauté à titre de président de la Chambre de commerce de l’île d’Orléans.

Comme il s’agit en majorité de conservation, Fines herbes par Daniel peut étirer la saison jusqu’en mars.

Agriculture raisonnée

Le couple, qui a acquis l’entreprise en 2016 et qui se considère encore un peu en démarrage, prône l’agriculture raisonnée.

« L’écologie passe en premier ; vient ensuite le rendement économique », a mentionné Marc-André Bouchard.

« Nous cultivons en lutte intégrée sans ajout d’herbicides, de pesticides ou de fongicides. Nous travaillons à contrôler les insectes nuisibles de manière préventive en effectuant un dépistage régulier et nous utilisons de petits insectes prédateurs. Nous récupérons les plateaux, que nous lavons et stérilisons ainsi que la terre utilisée pour les semis que nous compostons », ajoute M. Bouchard.

Embauchant neuf employés, Fines herbes par Daniel contribue aussi à former une maraîchère d’outre-mer puisqu’une Française de Nantes va passer un an sur la ferme afin d’en savoir plus sur la production maraîchère et la haute culture.


Share.

About Author

Leave A Reply