L’incontournable des mordus de la pêche

0

D’aussi loin qu’il s’en souvienne, Normand Robitaille, de Saint-Laurent, s’est toujours passionné pour la pêche sous tous ses aspects: confection de mouches, montage de cannes à pêche, pêche en rivière ou au fleuve et surtout, depuis son arrivée à l’île d’Orléans en 1972, inventaire des richesses halieutiques du fleuve conduisant à la réintroduction du bar rayé, en 2001. Membre de la Corporation de restauration de la pêche, il a opéré un «por» de pêche au Parc maritime pendant plus de dix ans. De plus, ses goûts artistiques l’amènent à dessiner ou peindre des mouches, des poissons et scènes de pêche sur divers matériaux et même à modeler d’impressionnants poissons à partir de ciment frais.

Pour nous faire partager cette passion, il a restauré un bâtiment derrière sa demeure et transformé les lieux en musée-boutique consacré exclusivement à ce sport dont la pratique remonte à la plus haute antiquité. Il sera présent pour accueillir tous les visiteurs dans ce lieu festif baptisé avec humour Histoires de pêche. De belles surprises sont réservées à ceux qui pousseront la porte de cette réplique d’un camp de pêche au saumon de la Côte-Nord. Des artefacts sur l’histoire de la pêche au Québec nous font remonter jusque vers 1840. Même si chaque section est bien documentée sur l’évolution des moulinets ou la pêche à l’anguille d’autrefois sur l’île, vous pourrez compter sur votre hôte pour y ajouter de l’inédit et répondre à vos questions.

Un grand aquarium bien oxygéné occupe la place d’honneur et permet de voir plusieurs espèces de poissons qui habitent le grand fleuve. Leurs formes et leurs couleurs variées vous fascineront. Le lieu est si évocateur que vous ne pourrez vous empêcher de vous remémorer certaines de vos histoires de pêche parmi les plus fameuses. Normand se réserve le plaisir d’enregistrer, avec votre complicité, les plus savoureuses d’entre elles. Ces documents viendront étoffer les archives de la boutique et apporter un éclairage rigolo sur un sport qui comporte tellement de situations invraisemblables dans sa pratique.

L’amateur peut aussi se procurer des cannes à pêche artisanales, des mouches (même personnalisées) et faire réparer son équipement défectueux. Séduit par les créations artistiques de Normand et de son épouse Hélène Audet, qui offre à la clientèle un choix de bijoux artisanaux des plus complets, il pourra repartir avec le souvenir d’agréables moments passés dans cette véritable caverne d’Ali-Baba.

La collection d’articles de pêche de Normand Robitaille remonte aux années 70: il ouvre l’œil dans les brocantes et ses amis lui lèguent des morceaux significatifs. Il accepte même d’échanger des cannes à pêche qu’il fabrique contre des pièces qui enrichiront sa collection. Normand rêve d’adjoindre à la boutique un fumoir qui permettrait aux visiteurs de goûter aux chairs délicates de nos poissons du Saint-Laurent. La complicité avec son fils Patrick pourrait ouvrir sur un volet gastronomique qui reste encore à préciser.

Cet endroit peu banal est accessible gratuitement, de juin à octobre de 10 h à 18 h, tous les jours de la semaine sauf le mardi. Vous verrez son enseigne originale au 1556, chemin Royal, au cœur de la municipalité de Saint-Laurent. Prenez l’entrée et accédez au stationnement à l’arrière de la maison. Vous passerez d’agréables moments entre les mains de ce grand connaisseur de la pêche au Québec.

(photo: Sylvain Delisle)


Partager.

A propos de l'auteur

Laissez une réponse